Ceci n'est pas un slogan.

Tommy Poirier-Morissette

Année de graduation:
2008

Emploi ou métier:
designer

Lien vers site web:
http://oilandsugar.com

Ayant développé très jeune un intérêt pour la création, j’ai suivi le profil Arts visuels au secondaire, ce qui m’a amené à continuer dans la même branche au Cégep avec le programme Arts visuels et médiatiques. La recherche et la création de l’œuvre que j’ai présentée à notre exposition de fin d’études (Arnaque) au centre Expression sont vraiment venues confirmer mon intérêt pour le milieu artistique et m’ont grandement encouragé à poursuivre ma formation en arts à l’université. En sortant du Cégep de Saint-Hyacinthe, j’ai suivi à l’UQAM un baccalauréat en Arts visuels et médiatiques. Ce baccalauréat m’a vraiment permis de développer une pratique artistique cohérente et articulée ainsi que de développer une habileté technique en expérimentant une variété de médiums, entre autres les arts d’impression (sérigraphie, lithographie, gravure) qui m’ont vraiment passionné. J’ai également profité du contexte universitaire et des contacts qu’il m’a apportés pour faire quelques expositions collectives et faire voir mon travail.

À la conclusion des 3 ans, j’ai participé à l’élaboration de l’exposition des finissants en arts, qui était présentée dans l’espace du New City Gas dans Griffintown (entre deux feux). Cette exposition fut une expérience extrêmement enrichissante qui m’a permis de bien comprendre les rouages d’une exposition, de tisser des liens avec des collègues artistes ainsi que de me faire réfléchir sur la suite des choses.

Lors de ma dernière année au baccalauréat, j’avais davantage découvert le milieu du design et je m’y étais de plus en plus intéressé. J’ai suivi deux cours complémentaires au département de Design de l’UQAM, et ce petit aperçu a été suffisant pour que je prenne la décision de m’orienter vers ce milieu pour bâtir ma carrière. À ce moment, j’avais déjà l’idée de démarrer un jour une entreprise de design. Ces plans ont guidé le choix des prochaines étapes de mon parcours et m’ont amené où je suis aujourd’hui.

Avec une formation en Arts visuels, quelques notions de base de design et aucune formation de gestion, la prochaine étape logique a été de combler mes lacunes entrepreneuriales. Pour ce faire, j’ai suivi un cours de démarrage d’entreprise au professionnel, pour me donner une base et m’aider à monter mon plan d’affaires. Ainsi, moins d’un an après avoir terminé mon baccalauréat, je sortais de l’école professionnelle avec un plan d’affaires complet et un plan d’entreprise beaucoup plus clair.

Après avoir frappé à quelques portes et trouvé du financement, l’atelier oil and sugar (mon entreprise de design) commençait à devenir de plus en plus tangible. Après m’être équipé et avoir aménagé un petit espace pour mon atelier, j’ai commencé à rencontrer mes premiers clients et à réaliser mes premiers contrats. Ceux-ci m’ont appris énormément sur le design en général et, parallèlement aux contrats que je recevais, je poursuivais ma formation en design, et ce, de façon autodidacte. Maintenant, cela fait trois ans que l’atelier est ouvert et je reçois des mandats de design, d’identité visuelle, de développement Web ainsi que de publicité. J’ai travaillé en collaboration avec une panoplie de clients et je les ai aidés à parfaire l’image de leur compagnie, à développer leurs communications et à promouvoir leurs produits et services de manière créative.

Dans le travail que j’effectue chaque jour, les notions que j’ai apprises tout au long de ma formation artistique me sont très utiles, que ce soit pour composer une illustration ou une mise en page, concevoir une publicité, organiser et effectuer une séance de photos.

C’est vraiment en travaillant dans le domaine du design que j’ai réalisé qu’une formation artistique poussée développe une façon de penser et des méthodes de création, et donne des outils pouvant servir dans une panoplie de métiers créatifs.

Tout récemment, j’ai eu l’occasion d’avoir le poste de technicien dans le programme d’Arts visuels au Cégep de Saint-Hyacinthe. Cela m’a permis de revenir dans un environnement que je connaissais déjà bien, de travailler avec mes anciens professeurs, de partager mes connaissances et mon expérience avec les étudiants. Cet échange de savoirs avec les étudiants a toujours été quelque chose que j’ai recherché, autant lorsque j’ai assisté des professeurs en tant que technicien étudiant à l’UQAM que lorsque j’ai participé à la création d’un cours de développement de l’image de marque pour les entrepreneurs créatifs, cours offert à l’école de joaillerie et pour lequel j’ai donné des conférences sur le design.

Je vois donc mon parcours continuer dans cette direction dans le futur, d’une part développer mon agence de design et collaborer de plus en plus avec d’autres créatifs, et d’autre part partager tout ce que j’ai appris lors de ce parcours éclectique avec des gens passionnés et les inspirer pour développer eux aussi leur propre parcours.